Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La Birmanie, un pays hors du temps.


« La Birmanie est un pays différent de tout ce que vous connaissez »
Rudyard Kipling, écrivain (1865-1936)

Les composantes principales qui reviennent régulièrement comme sources d’intérêts photographiques en Birmanie sont pour moi : La population très diverses, la religion omniprésente et l’agriculture principale ressource du pays.

Shwedagon Pagoda Yangon

Les birmans.

La Birmanie regroupe, en plus de la majorité birmane de souche, plus de 130 minorités ethniques avec leurs langues et leurs cultures propres. Elles forment près d’un tiers de la population et occupent plus de la moitié du territoire. Sept ethnies nationales sont reconnues par le gouvernement : ShansMônsKarensChinsKachinsKayah, et Arakanais (Rakhine). L’hétérogénéité de cette population est à l’origine des nombreux problèmes intercommunautaires qu’a connus le pays, notamment les attaques des forces de sécurité infligées aux musulmans, aux Rohingya en particulier en 2012 devant un silence international, ainsi que récemment les persécutions dramatiques de villages musulmans perpétrées à l’instigation de moines bouddhistes.

Prières de moines - Golden Rock

Le bouddhisme.

Le bouddhisme en Birmanie est principalement de la tradition Theravada, pratiquée par 89 % de la population du pays. C’est le pays bouddhiste le plus religieux pour ce qui est de la proportion de moines dans la population et la proportion de revenu consacré à la religion. Les moines sont intégrés dans la société birmane. Parmi de nombreux groupes ethniques de Birmanie, y compris les birmans et les Shans, le bouddhisme Theravada est pratiqué en conjonction avec le culte nat.

Birmanie16-994

L’agriculture.

L’agriculture fait partie des principaux secteurs d’activités de la Birmanie, que sont la sylviculture, l’industrie textile, l’industrie joaillière et minière et l’industrie pétrolière.

Le riz est le principal produit agricole du pays, il occupe environ 60 % des surfaces cultivées et représente 97 % de la production céréalière totale en poids. En 2006, la production birmane rizicole a atteint 25,2 millions de tonnes.

Les autres productions agricoles concernent la canne à sucre, le maïs, l’arachide, le blé, le millet, le coton et le tabac.

Objectif Birmanie

Les moissonneurs du riz.


Ils sont venus pour battre les épis de riz et récolter les graines.
Tous ensemble, propriétaires du champ, amis solidaires,
ils s’entraident, c’est normal, c’est la tradition
dans la région de Sagaing entre Mandalay et Monywa
et sûrement partout ailleurs en Birmanie.

Il y a deux récoltes de riz par an, mais depuis une vingtaine d’années la quantité de pluie a diminué. Alors ils utilisent des moyens ingénieux de bassins de rétention d’eau pour irriguer leurs rizières durant la saison sèche.

Pendant la saison d’été, ils sont dans les champs dès 4 ou 5 heures du matin, puis se mettent à l’abri de la chaleur en milieu de journée pour reprendre leur dur labeur vers 16 heures jusqu’à la tombée de la nuit profitant ainsi des heures les plus fraîches.

signature blanche 1


Attractions photographiques.


Au cours d’un voyage en Birmanie les scènes qui reviennent le plus souvent avec toujours la même curiosité photographique sont emprunts d’un peuple plein de vie, d’optimisme et d’espoir que l’on croise souvent dans les marchés, des populations ethniques surprenantes dans leurs traditions à conserver un mode de vie loin de la modernité du reste du pays et enfin des magnifiques édifices construits au cours du temps et qui font l’histoire et le patrimoine de la Birmanie.

Birmanie16-2613

Les éthnies. Diversité et complexité.

Les problèmes de cohabitation entre les multiples groupes ethniques, et notamment entre les minorités et l’ethnie majoritaire bamar, sont très anciens. Ils ont accentué la difficulté de parvenir à une édification nationale.

L’histoire birmane est ainsi jalonnée de méfiance réciproque et de conflits ouverts, entrecoupées d’initiatives d’intégration nationale dans un cadre fédéral.

Les défits immenses auxquels doit s’attaquer le nouveau pouvoir démocratique, en place depuis le 1er avril 2016, seront d’unifier et de pacifier l’ensemble du pays.

Et peut-être que cette diversité ethnique unifiée sera une richesse supplémentaire pour ce pays si différent, si riche de trésors. (photo: Femme Akha)

marché de Mine Tauk au bord de Inle

Les marchés. 
Le coeur du pays.

Pourquoi les marchés créent-ils une telle attractivité photographique au point que je reprenne inlassablement le sujet pour le parfaire au risque de me répéter ?

J’ai l’impression qu’ils synthétisent la vie et la culture du pays, même davantage, ils en sont l’âme, le corps et l’esprit réunis. Quand on est birman on peut éviter d’aller à la pagode, chez le coiffeur, au restaurant, mais le marché reste incontournable. C’est le seul endroit qui crée la nécessité de s’y rendre pour se nourrir, s’habiller, vendre, trouver les choses indispensables à l’existence. Cela en devient donc un passage obligé pour chacun et un « carrefour humain » exaltant pour le photographe qui essayera d’en restituer au plus près l’atmosphère, la diversité, les impressions, les émotions, les couleurs presque les odeurs et les bruits.

Bouddha Temple de Bagan

Les sites historiques, Un précieux patrimoine.

Bagan, Mandalay, Yangon, Kakku, Pindaya, Mrauk-U, Mingun, Piu Alin, Po Win, Samkar… et bien d’autres, des lieux marqués par le temps et l’histoire et qui participent à la richesse culturelle du Myanmar. (photo: Temple à Mrauk-U)

Le plus connu : Bagan, est un vaste site archéologique bouddhique de près de 50 kilomètres carrés situé dans la Région de Mandalay, dans la plaine centrale de la Birmanie, sur la rive gauche de l’Irrawaddy. Du IXe siècle au XIIIe siècle, il a été la capitale du royaume de Pagan, le premier empire birman. Occupé par plusieurs villages ou hameaux souvent bâtis à proximité de groupes de temples, il se trouve dans une zone sismique et a subi de nombreux tremblements de terre ayant provoqué de graves dégâts. Un inventaire recense 2834 monuments, dont de nombreux en ruines.

Objectif Birmanie

Portraits de marchés.


Ils sont venus pour battre les épis de riz et récolter les graines.
Tous ensemble, propriétaires du champ, amis solidaires,
ils s’entraident, c’est normal, c’est la tradition
dans la région de Sagaing entre Mandalay et Monywa
et sûrement partout ailleurs en Birmanie.

Il y a deux récoltes de riz par an, mais depuis une vingtaine d’années la quantité de pluie a diminué. Alors ils utilisent des moyens ingénieux de bassins de rétention d’eau pour irriguer leurs rizières durant la saison sèche.

Pendant la saison d’été, ils sont dans les champs dès 4 ou 5 heures du matin, puis se mettent à l’abri de la chaleur en milieu de journée pour reprendre leur dur labeur vers 16 heures jusqu’à la tombée de la nuit profitant ainsi des heures les plus fraîches.

signature blanche 1


Abonnez-vous à Ma Newsletter !

 
 
Subscribe to my Newsletter !
 

 

Contact.


N’hésitez pas à me contacter pour me transmettre vos commentaires.

A bientôt !


Go to top 

J'aimerais vous adopter !

Inscrivez-vous à ma Newsletter...

et faites partie de la famille Photospicy !