Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Les porteurs de Kolay Market.


Les porteurs de Kolay Market à Calcutta en Inde déchargent et soulèvent en permanence de gros paniers de légumes des camions qui stationnent à une des entrées de ce marché.


 

Puis ils se préparent en groupes d’une dizaine d’hommes à soulever ces paniers en plusieurs étapes. Ils s’aident d’un filet en corde recouvrant le panier pour le décoller du sol, puis dans un second temps, une fois stabilisé, ils continuent à le monter à hauteur d’épaule. Enfin dans un dernier effort, à bout de bras, ils montent le panier au niveau de la tête. A ce moment la, trois ou quatre porteurs se glissent sous le panier avec chacun un turban au tour de la tête qui forme un chapeau conique. Celui-ci va servir, en se comprimant sous le poids du panier, de coussin à amortir le poids et prendre la forme du panier. Chacun adapte la position de sa tête sous le panier et tous ensemble trouvent le meilleur équilibre.

Enfin ils pénètrent dans le marché d’un pas lent, assuré et synchronisé entre eux pour aller déposer ces paniers aux emplacements de la vente.

C’est une technique bien rodée qui se déroule à chaque chargement de panier.

J’ai essayé pour certaines photos de tourner autour de ces groupes de porteurs dans l’action et d’être parfois à un moins d’un mêtre du groupe pour essayer d’être « dans la mélée » et pour restituer l’action de l’intérieur. C’est à chaque fois un combat qui s’engage entre ces hommes et ces paniers de légumes qui doivent peser plusieurs centaines de kilos.

On lit sur leur visage l’effort extrème et la résistance à la douleur pour supporter de telles charges sur leur tête et qui se répercutent sur le corps tout entier.

Contrairement aux marchés birmans, dans les marchés de Kolay et de Mechua  en Inde on ne rencontre que très peu de femmes. Elles sont absentes des étals de légumes et de fruits. Sans en connaître la raison, j’imagine qu’il y a dans cette différence indienne et birmane une différence culturelle.

signature noir2






Recent Portfolios


J'aimerais vous adopter !

Inscrivez-vous à ma Newsletter...

et faites partie de la famille Photospicy !